O2 en français

Voilà ce qui se passe en Italie 16-22 mai 2014

Le sixième des 48 rapports hebdomadaires réalisés grâce au soutien de l’Union Européenne et distribué dans onze pays pour promulguer une conscience collective

Voilà ce qui s’est passé en Italie : journalistes menacés et informations censurées

Un accusé de délit d’association mafieuse a profité de son audience au Palais de Justice pour menacer un journaliste. L’accusé a demandé aux juges de punir le journaliste, car il avait révélé dans ses enquêtes les affaires délinquantes de l’accusé.

En Italie ce n’est pas la première fois que cela arrive. Le 24 mai à Bologne, un autre accusé continu son harcèlement moral à l’égard du journaliste Giovanni Tizian. Celui ci vit sous escorte depuis décembre 2011, après la menacé de recevoir une balle dans la bouche. Tizian a bien reçu solidarité, mais pas assez.

Le thème est toujours le même : il y a six ans (2008) l’écrivain Roberto Saviano et la journaliste Rosaria Capacchione pendant le procès à la Camorra du clan des Casalesi reçoivent des menaces. Á les formuler, cette fois ci, ce sont les avocats des boss Bidognetti et de Antonio Iovine. Le 19 mai 2014 le parquet de Naples demande la condamnation des maîtres Santonastaso e D’Aniello et du boss Francesco Bidognetti. D’ailleurs Saviano et Capacchione vivent toujours sous escorte.

INSULTES – Le dernier 18 mai au stade de Turin, le célèbre journaliste sportif de la Rai Enrico Varriale a été insulté publiquement par les supporteurs. Pendant le match Juventus-Cagliari, certains on déployés une banderole offensante.

DIFFAMATION – Le 23 mai à Trieste est commencé le procès pour diffamation par voie de presse à l’égard du journaliste Paolo Parovel, directeur de la publication périodique La Voce di Trieste et représentant du «  Movimento Trieste Libera » (mouvement qui voudrait la ville de Trieste indépendante). Le maire de Trieste Roberto Cosolini a donc porté plainte contre Parovel. Le reporter avait publié en fait en aout 2013 un article accusateur : il avait dénoncé des spéculations sur la zone de l’ancien port de la ville.

ACQUITTEMENTS – Giulia Martorana a obtenu l’acquittement en appel par le tribunal de Caltanisetta. La journaliste avait été condamnée en première instance à vingt jours de réclusion pour avoir protégé le secret professionnel et n’avoir pas révélé l’identité de sa source confidentielle. En fait, le tribunal de Enna avait appliqué la loi italienne qui empêche les journalistes professionnels de révéler la source. En Italie le code pénal ne protège pas les journalistes qui sont « pubblicisti », c’est à dire des espèces de pigistes.

LE CAS ROSTAGNO – La cour d’Assise de Trapani a condamné à perpétuité Vito Mazzara et Vincenzo Virga, exécuteur et commanditaire du meurtre du journaliste Mauro Rostagno. C’était le 1988 quand le reporter dénonçait dans la province de Trapani la relation de la vie politique local et celle de la Mafia. Enfin 26 ans plus tard la vérité.

DROIT A L’OUBLI – La Cour de justice de l’Union européenne a rendu le 13 mai une décision qui fera date, imposant un droit à l’oublie numérique. Les moteurs de recherche sont responsables du traitement des données personnelles qui apparaissent sur leurs pages internet. Ils ont le devoir de supprimer les liens renvoyant à une page web si cela est demandé par un citoyen quelconque. Ce droit n’intéresse pas évidemment les personnages publics.

Giovanni Tizian reçoit de nouvelles menaces par l’accusé Nicola Femia pendant le procès – Lire plus en italien

Roberto Saviano e Rosaria Capacchione encore menacés, le parquet demande la condamnation – Lire plus en italien

Et si c’est l’accusé qui demande la condamnation du journaliste – Lire plus en italien

Football: banderole offensive au match junventus-Cagliari – Lire plus en italien

Le maire de Trieste porte plainte contre le journaliste Parovel – Lire plus en italien

Enna : acquittée la journaliste qui ne révéla pas sa source confidentielle – Lire plus en italien

Sentence Rostagno : satisfaction de UNCI, Odg et Assostampa – Lire plus en italien 

Droit à l’oubli : sentence historique de la Cour européenne – Lire plus en italien

RR

Licenza Creative Commons I contenuti di questo sito, tranne ove espressamente indicato, sono distribuiti con Licenza Creative Commons Attribuzione 3.0

Questa pubblicazione è stata prodotta con il contributo dell'Unione Europea. La responsabilità sui contenuti di questa pubblicazione è di Ossigeno per l'informazione e non riflette in alcun modo l'opinione dell'Unione Europea. Vai alla pagina del progetto Safety Net

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

CHIUDI
CLOSE