O2 en français

Voilà ce qui se passe en Italie 1-7 septembre 2014

Le vingt-septième des 48 rapports hebdomadaires créé avec le soutien de l’Union européenne et réparti dans onze pays pour promouvoir une compréhension commune

Safety Net Ossigeno – Rapport hebdomadaire du premier au 7 septembre 2014
Voici ce qui s’est passé en Italie : encore des journalistes menacés et des informations censurées

Menaces, abus, dépôts qui arrivent souvent trop tard. Encore un journaliste mis sous escorte et un autretuéà Gaza. C’est le contexte dramatique des cinq dernières semaines en Italie.

OPÉRATEUR TUÉ – Le 13 Août dernier l’opérateur italien Simone Camilli a été tué, ainsi que six autres personnes, à BeitLahiya, au nord de Gaza. Il était en train de filmer les artificiers palestiniens qui désamorçaient une bombe israélienne qui n’avait pas explosée. C’est ainsi que la bombe a exploséau cours des opérations. Camilli est le dix-huitième journaliste italien tué à l’étranger. En mai, Andrea Rocchelli était mort en Ukraine dans des circonstances similaires.

CRONIQUEUR SOUS ESCORTE – Le chiffre des journalistes qui vivent sous escorte aaugmenté : le nom du journalistePaolo Borrometi qui vit à Modica (Raguse), s’est ajouté – depuis le 28 août dernier – à la liste d’au moins 11 journalistes Italiens qui vivent sous escorte. Juste un mois et demi avant l’escorte avait été assignée au journaliste MicheleAlbanede, rédacteur du Quotidianodel Sud.Borrometi, correspondant de l’agence de presse Agi et directeur du journal local en ligne La Spia, vit maintenant protégé par deux carabiniers et se déplace seulement avec leur voiture. L’escorte lui a été attribuée après une série d’actes d’intimidation. En suite , dans la nuit du 24 au 25 août,quelqu’un a mis le feu à sa porte d’entrée. De plus en octobre 2013 sur le côté de sa voiture était l’inscription «Attention». Enfin le 16 avril dernier Borrometi était dans sa maison à la campagne, quand deux hommes avec le visages couverts lui ont tordu le bras (en lui provoquant des fractures à l’épaule) et pris à coups de pied. Au début du mois de août, quelqu’un avait écrit juste en face de sa porte: « Borrometi vous êtes mort »

RÉVÉRENCES – Eduardo Lamberti Castronuovo, maire de San Procopio, un petit village de 800 habitants dans la province de Reggiode Calabre a été mis en examen par la Direction anti-mafia de son district sur des accusations de diffamation aggravées par le mode mafia contre le journaliste Michael Inserra, rédacteur en chef du Quotidianodel Sud. En Juillet, le maire avait demandé avec insistance au journaliste derenoncer à ce qu’il avait écrit lors de la procession du saint patron de la petite ville. C’est à dire que la statue du saint a été « inclinée » en face de la maison d’un boss condamné à la prison à vie. Le maire avait également fait approuvé par le conseil municipal la même demande que le journaliste aurait dû signer et accompagner avec des excuses publiques. Au contraire le maire lui aurait porté plainte pour diffamation et poursuivi pour dommages et intérêts. Cette accusation de crime de calomnie dans ces circonstances est une nouveauté absolue.

ENCORE DES RÉVÉRENCES – « Certains journalistes ont le diable qui habite en eux ».  Avec ces mots, le prêtre Don Pietro leva, prieur des Carmélitains de Palerme, a dénigré le travail des journalistes, lesquels ont signalé – sur les journaux et surcertains sites d’informations – que le 27 Juillet dernier dans un quartier de Palerme appelé Ballarò, au cours d’une procession religieuse, les hommes qui portaient la statue de la Madonna delCarmelose seraient arrêtés pour faire une révérence devantla boutique funérairedu boss palermitain de Porta Nuova, Alessandro D’ambrogio.

INTIMIDATION – Le 17 août dernier le pare-brise de la voiture du blogueur Emiliano Morronea été endommagé. Il est arrivé à San Giovanni in Fiore, dans la province deCosenza, pays d’origine du journaliste. Le 13 août dernier, au cours d’une réunion publique, Morrone avait critiqué les administrateurs municipaux, les accusant d’inefficacité et tout en signalant le risque d’infiltration criminelle.

À Casamassima, dans la province de Bari, le 23 Juillet dernier, le conseil municipal s’est réuni et a approuvé un programme d’urgence contre l’auteur d’un article inopportun, publié par le magazine hebdomadaire La voce delpaese. L’article critiquait la décision de la Ville de modifier un accord avec une société commerciale.

DIFFAMATION – Massimo Ciancimino, entrepreneur, fils de l’ancien maire de Palerme, a annoncé deux actions en justice contre les journaux en ligne Resapubblica.itGiustiziaGiusta.info, qui critiquaient sa présence à la cérémonie de commémoration du massacre de Via d’Amelio, dans lequel ont été tués, le juge Paolo Borsellino et ses agents d’escorte.

Le 18 novembre prochain, se tiendra à Bari l’audience préliminaire pour les journalistes Giovanni Toti et Emilio Fede, anciens directeurs des journaux télévisés du groupe média Mediaset. Les directeurs des JT Studio Aperto et TG4 sont inculpés avec trois autres journalistes (toujours du groupe Mediaset)pour diffamation. Ils avaient diffusé en 2012 dans leurs JT la nouvelle que l’ancien maire Michele Emiliano (actuel secrétaire régional du Parti Démocrate) était prévenu pour corruption. Emiliano a demandé une indemnité de deux millions et demie car c’était une fausse nouvelle.

ANNULLATION – Le journaliste Rosario Dimito, rédacteur en chef de l’économie et des finances du quotidien Il Messagero a été accusé d’abus d’informations privilégiées pour avoir publié en avance les données des états financiers du groupeTelecom.Un an plus tard, le juge des enquêtes préliminaires auprès du Tribunal de Rome, Alessandra Boffi, en acceptant la demande du procureur, a ordonné l’annulation de la procédure.

Après quatre ans, le tribunal de Rome a décidé que le quotidien Il FattoQuotidianon’a pas diffamé l’ancien président du Sénat Renato Schifani. Le quotidien avait publié cinq articles, entre 2009 et 2010, qui parlaient de sa relation avec les milieux mafieux. Schifani avait demandé une compensation de 720 mille euros.

La même cour de Rome en Juillet a rejeté une demande de dommages-intérêts déposées par FedeleConfalonieri, président du groupeMediaset, contre le directeur du magazine Espresso, Bruno Manfellottoet le journaliste Marco Travaglio auteur de l’article “Fininvest, pot-de-vin impuni.”

Gaza : Simone Camilli, l’operateur vidéo italien mort lors d’une explosion
C’est le dix-huitième journaliste italien tué à l’étranger. En mai, en Ukraine Andrea Rocchelli était mort dans des circonstances similaires.
L’opérateur italien Simone Camilli a été tué, ainsi que six autres personnes, le 13 août, à BeitLahiya, dans le nord de la bande de Gaza, pendant qu’il tournait des images. Il était en train de reprendre des artificiers palestiniens qui désamorçaient une bombe israélienne qui n’avait pas explosée.La bombe a explosé au cours des opérations. En savoir plus

Modica dans la province de Raguse: le journaliste Paolo Borrometi a été mis sous escorte
Le 25 août le feu avait été mis à sa porte. Le correspondant de l’Agi avait déjà reçu divers actes d’intimidation.
Depuis le 28 août le journaliste de Modica Paolo Borrometivit sous escorte, protégé par deux carabiniers et se déplace avec leur voiture de service. Borrometi est correspondant de l’agence de presse Agiet directeur du journal en ligne La Spia. En savoir plus

Enquête pour diffamation : le maire de San Procopio est prévenu
Le Maire de San Procopio interrogé dans le bureau du procureur après la plainte du journaliste Inserra.
Eduardo LambertiCastronuovo, conseiller à la légalité de la province de Reggio de Calabre et maire de San Procopio, est prévenu par la Direction anti-mafia de son district sur des accusations de diffamation aggravées par le mode mafia contre le journaliste MicheleInserra, rédacteur en chef du bureau de Reggio de Calabre du journal Quotidianodelsud. En savoir plus

Le cas Inserra-Castronuovo et diffamation aggravée. Commentaire juridique de Valerio Vartolo. En savoir plus

Certains journalistes ont le diable qui habite en eux, dit le prieur de Palerme
Don Pietro Leva a démenti la révérence de la Vierge devant le magasin d’un boss de la mafia raconté par le quotidien la Repubblica. Assostampae UNCI condamnent ses paroles.
« Nous sommes convaincus que le diable estdans la mafia, mais il est tout aussi vrai qu’il habite chez certains journalistes désireux de faire le scoop à tout prix ». Avec ces paroles Don Pietro Leva, prieur des Carmélitains de Palerme, dit que le travail des auteurs d’articles publiés dans les journaux et les sites d’actualité qui ont rapporté une révérence présumée de la statue de la Vierge du Carmelo, en face de la boutique de pompe funèbre du boss palermitain de Porta Nuova Alessandro D’Ambrogio. En savoir plus

Calabre : pare-brise fracassé à Emiliano Morrone
Il est arrivé à San Giovanni in Fiore petit village près de laville de Cosenza (chef-lieu de la région de Calabre) où le journaliste et blogueur Morronevenait de dénoncerdes infiltrations mafieuses. Retraite aux flambeaux dans le village.
Le pare-brise a été soigneusement coupé en plein jour, mais personne n’avu ouet entendu. Emiliano Morrone, 38 ans, journaliste et blogueur, a constaté le dommage à sa voiture dans la matinée du 17 Août à San Giovanni in Fiore, province de Cosenza, son pays d’origine. En savoir plus

Casamassima (province de Bari) : une disposition contre un journaliste à l’ordre du jourdu conseil municipal
Conseil municipal convoqué d’urgence après que le magazine hebdomadaire La Voce delPaesea critiqué une décision de l’administration.Solidarité du syndicat Assostampa.
À Casamassima, dans la province de Bari, le 23 Juillet dernier, le conseil municipal s’est réuni pour discuter d’un programme d’urgence contre des «articles trompeurs et potentiellement dangereux pour l’image du maire. En savoir plus

Sicile : Massimo Ciancimino porte plainte contre deux journaux en ligne
L’entrepreneur, fils de l’ancien maire de Palerme, n’a pas aimé les articles de Resapubblica.it et GiustiziaGiusta qui critiquaient sa présence à la commémoration du massacre de Via D’Amelio Massimo.
Massimo Ciancimino annonce donc deux plaintes contre les journaux en ligne Resapubblica.it et GiustiziaGiusta.info. En savoir plus

Diffamation : Bari. Emiliano (Parti démocrate) demande 2,5 millions au groupe Mediaset
En 2012 les journaux télévisés Studio Aperto et TG4 avaient déclaré que l’ancien maire était sous enquête pour corruption. Cela n’était pas vrai. Giovanni Toti et Emilio Fedeparmi les accusés.
L’audience préliminaire aura lieu à Bari le 18 novembre prochain pour les accusés GiovanniToti, Emilio Fede (anciens directeurs de Studio Aperto et TG4) et trois autres journalistes Mediaset. L’ancien maire de Bari Michele Emiliano, actuel secrétaire régional du Parti démocrate dans les Pouilles, réclame une indemnité de 2 millions et demi d’euros. En savoir plus

Télécom : un an après le croniqueur du quotidien Il Messaggero a été acquitté
Rosario Demito avait été accusé d’utiliser des informations privilégiées dansson article dans lequel il annonçait à l’avance les données des états financiers de la société Télécom.
Le juge des enquêtes préliminaires auprès du Tribunale de Rome Alessandra Boffi, en acceptant la demande du procureur, a ordonné le rejet de la cause qui avait été engagée contre le journaliste Rosario Demito, rédacteur en chef de l’économie et des finances du quotidien Il Messaggero, accusé du délit d’initié. En savoir plus

Diffamation : Il FattoQuotidiano n’a pas à compenser Schifani
L’ancien président du Sénat avait porté plainte contre le quotidien en demandant 720 mille euros pour cinq articles qui dénonçaient des relations présumées avec la mafia.
La Cour du Tribunal de Rome a décrété le 2 Juillet dernier que le quotidien Il FattoQuotidiano n’a pas diffamé l’ancien président du Sénat Renato Schifani. Il ya quatre ans Schifani avait demandé une indemnité de 720 mille euros pour les cinq articles publiés par le journal entre 2009 et 2010. En savoir plus

Diffamation : la cause intenté par Confaloniericontrel’Espresso a été rejetée
Le président de Mediaset avait poursuivi le directeur Bruno Manfellottoet Marco Travaglio, auteur de « Fininvest, pot-de-vin impuni ».
La Cour de Rome a rejeté enJuillet dernier une demande de dommages-intérêts déposées par FedeleConfalonieri, président du groupeMediaset, contre Bruno Manfellotto directeur du magazine hebdomadaire l’Espressoet le journaliste Marco Travaglio qui avait écrit l’article en question. En savoir plus

RR

Licenza Creative Commons I contenuti di questo sito, tranne ove espressamente indicato, sono distribuiti con Licenza Creative Commons Attribuzione 3.0

Questa pubblicazione è stata prodotta con il contributo dell'Unione Europea. La responsabilità sui contenuti di questa pubblicazione è di Ossigeno per l'informazione e non riflette in alcun modo l'opinione dell'Unione Europea. Vai alla pagina del progetto Safety Net

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

CHIUDI
CLOSE