O2 en français

Paris. Journaliste du “Monde” menacé de mort vit sous escort

C’est Gérard Davet. Ses enfants et sa femme ont aussi été menacés. Quatre menaces depuis mars 2014. On suspect le milieu corse. Identifié l’auteur de la deuxième menace

Le journaliste d’investigation Gérard Davet, et grand reporter au quotidien “Le Monde” à Paris, vit sous escort depuis septembe car il a eté menacé de mort plusiers fois. Davet, chargé des investigations les plus sensibles avec son confrère Fabrice Lhomme, a révélé pendant ces dernières années de nombreux scandales : Bettencourt, le Kazakhgate, les écoutes sur Nicolas Sarkozy et enfin la mafia corse en Afrique. C’est dans ce cadre que le journaliste a reçu de nombreuses menaces.

En mars 2014, il reçoit son premier avertissement : une lettre anonyme est envoyée à son journal, il s’agit d’une menace de mort. Vraisemblablement cette intimidation pourrait être liée au milieu corse, car elle est signée « Les amis de Tomi ». Tomi est un homme impliqué dans les affaires corses et africaines dont le reporter avait parlé dans un article.

En août 2014, la question devient plus alarmante. Une deuxième lettre, promettant la mort de ses enfants et de sa femme, est envoyée à son domicile, une adresse secrète. La correspondance rapportait leurs dates de naissance et des détails précis sur eux. C’est à ce moment-là que le Ministère de l’Intérieur lui propose une escorte. Depuis début septembre 2014, cette protection est mise en place pour le journaliste.

Du coup Gérard Davet se retrouve à vivre sous escorte policière, mais les intimidations continuent. En novembre 2014, le reporter reçoit une troisième lettre contenant une balle à blanc au journal ; elle disait qu’il allait payer et que la prochaine balle serait pour lui. Enfin une dernière en décembre 2014, disant que ce Noël sera son dernier.

À chaque fois, une plainte a été déposée. Les enquêteurs ont identifié l’auteur de la deuxième menace, reçue à son domicile contre sa famille. Il s’agissait d’un agent des impôts, qui avait trouvé son adresse sur l’intranet du service du fisc. Il a été arrêté par la police judiciaire, mais il a refusé de reconnaître les faits. Les policiers pensent qu’il agissait pour le compte de quelqu’un, « mais qui ? » voilà la question que Gérard Davet se pose, mais il ne trouve pas de réponse.

COT

Leggi in italiano

Licenza Creative Commons I contenuti di questo sito, tranne ove espressamente indicato, sono distribuiti con Licenza Creative Commons Attribuzione 3.0

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

CHIUDI
CLOSE