O2 en français

« La Voce delle Voci ». Juge affecte fonds édition au dénonciateur

Décision sensationnelle à Rome pour le mensuel reconnu coupable de diffamation et condamné à verser une indemnité. « Grave précédent », disent les journalistes du magazine

Le 3 mars, le juge des exécutions de la Cour de Rome, Francesca Girone, pour couvrir une partie des dommages s’élevant à une centaine de milliers d’euros pour diffamation, a attribués à la personne blessée, Mme Annita Zinni, le montant de 21 mille euros. Cette somme appartenait aux fonds publics accordés au mensuel « La Voce delle Voci » d’après la loi 250/90 qui repartie des subventions aux éditeurs de journaux et de magazines constitués en coopérative ou contrôlés par les coopératives, aux fondations ou organismes de bénévoles. Actuellement, la somme est saisie par la Présidence du Conseil des Ministres.

L’avocat du magazine Michele Bonetti s’était opposé à cette décision en déclarant que les fonds saisis sont des fonds publics que l’État fournit pour assurer un bien commun précieux : le droit à l’information au-delà des nouvelle qui sont diffusées par les institutions.

La saisie avait été avancée après la condamnation du magazine en première instance pour le contenu d’un article diffamatoire, publié en 2008. Cet écrit attribuait à Annita Zinni une mauvaise conduite en faveur du chef du parti L’Italia dei Valori Antonio di Pietro et de sa famille. La condamnation a déjà conduit à la saisie de la publication et des propriétés personnelles des journalistes et des éditeurs de La Voce della Campagna. Cela a donc déterminé la fin de ces publications.

ASP COT

Leggi in italiano

Licenza Creative Commons I contenuti di questo sito, tranne ove espressamente indicato, sono distribuiti con Licenza Creative Commons Attribuzione 3.0

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

CHIUDI
CLOSE