O2 en français

Scoop « L’Espresso ». Deux journalistes enquêtés pour diffusion fausses nouvelles tendancieuses

Le délit contesté par le parquet de Palerme après un interrogatoire. Les journalistes disent être de bonne foi. Ils auraient également révélé leur source confidentielle

Le parquet de Palerme est en train d’enquêter les journalistes Piero Messina et Maurizio Zoppi au sujet de divulgation de fausses nouvelles tendancieuses. Pour cette infraction, 656 du code pénal, un emprisonnement pouvant aller jusqu’à trois mois est prévu. Les deux sont les auteurs de l’affaire révélée par l’hebdomadaire L’Espresso le 13 juillet 2015. Il s’agit d’un appel téléphonique choquant qui remonte à 2014 entre le Président de la Région Sicile, Rosario Crocetta, et le médecin Matteo Tutino. Cette écoute serait entrée dans le fichier d’une enquête judiciaire non précisée. Le journaliste Piero Messina est également enquêté pour diffamation. Ce dernier et le journaliste Zoppi devront donner des explications à l’Ordre des Journalistes de la Sicile.

Les deux journalistes ont été convoqués lundi 27 juillet 2015 par le parquet de Palerme. Ils doivent donner des explications au procureur M. Lo Voi et au procureur adjoint Leonardo Agueci. Les deux n’ont pas répondu aux questions. À la fin de l’interrogatoire, à la présence de leur avocat, ils ont reçu l’avis d’enquête.

Piero Messina aurait révélé sa source, indiquant un enquêteur qui a nié.

Comme le magazine L’Espresso le rapporte, lors de l’appel, Tutino aurait souhaité au conseiller pour la Santé, Lucia Borsellino, d’exploser comme son père, le magistrat de l’anti-mafia Paolo Borsellino, mort à Palerme en juillet 1992 dans un attentat de la Mafia. Il paraît que Crocetta ait écouté en silence ces affirmations, sans y répliquer. Bien que cela ne constitue pas un crime, la divulgation de la nouvelle a salit son image et a affaibli sa position politique.

Les magistrats siciliens ont nié à plusieurs reprises qu’il pourrait y avoir une écoute téléphonique à ce sujet et ont défini le scoop sans fondement. Les deux journalistes et leur journal se déclarent de bonne foi.

Rosario Crocetta insiste et dit que l’appel téléphonique n’a jamais eu lieu. « Les journalistes n’ont aucun enregistrement – a dit Crocetta – ce qu’ils ont fait est terrible. » Immédiatement après la publication du scoop, Crocetta avait envisagé de se suicider. Il a renoncé à le faire après le démenti du Parquet. Dans une conférence de presse, l’avocat de Crocetta, Vincenzo Lo Re, a annoncé que son client va intenter des poursuites pour diffamation. Il va demander 10 millions d’euros de dommages-intérêts aux journalistes et au magazine.

ASP COT

 

Leggi in Italiano

Read in English

Licenza Creative Commons I contenuti di questo sito, tranne ove espressamente indicato, sono distribuiti con Licenza Creative Commons Attribuzione 3.0

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

CHIUDI
CLOSE