O2 en français

Acquitté la mère d’Aldrovandi. Elle avait réagi à des attaques

La mère du jeune tué par la police en 2005 à Ferrara avait appelé harceleur le secrétaire du syndicat de la police

Patricia Moretti – mère de Federico Aldrovandi, le jeune de dix-huit ans décédé à la suite d’une arrestation effectuée par quatre policiers le 25 septembre 2005 à Ferrara – n’a pas diffamé le secrétaire national du syndicat de police Coisp, Franco Maccari. C’est la juge des enquêtes préliminaires de la Cour de Ferrara, Silvia Marini, qui l’a établi. Mme Marini a classé le procès en diffamation pour la mère du jeune, en acceptant la proposition du procureur, Stefano Longhi. Selon le juge d’instruction, même si elle a utilisé une définition qui pourrait être « discriminatoire », Patricia Moretti a exercé son droit à la critique.

En août, l’avocat de la défense de Franco Maccari s’était déjà opposé au classement de la plainte, mais le juge d’instruction a conclu que la mère du jeune avait été « soumise à des attaques sous entendu adressées sa personne dans l’exercice de la critique syndicale ». Les paroles de la mère du jeune Federico Aldovrandi sont, selon le juge, une « réaction de défense d’une personne injustement attaquée ».

Dans une interview publiée sur le site Contropiano.org le 3 juillet 2014 Patrizia Moretti avait appelé le secrétaire du syndicat « un harceleur », en ajoutant : « Je pense qu’il s’agit d’un vrai tortionnaire moral, il n’a jamais eu de scrupules contre ma famille. Comment peut-il représenter un syndicat honnête ? Il ne peut que représenter des personnes comme lui ».

FD COT

Leggi in Italiano

Read in English

Licenza Creative Commons I contenuti di questo sito, tranne ove espressamente indicato, sono distribuiti con Licenza Creative Commons Attribuzione 3.0

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

CHIUDI
CLOSE