O2 en français

Diffamation. Pistoia. Juge donne raison au directeur Lineefuture

Plainte classée. Il avait parlait d’un arrêt présumé du président d’un club de sport. Selon le juge, la pertinence a été respectée

Le 17 septembre 2015, le juge des enquêtes préliminaires de la Cour de Pistoia a classé un procès en diffamation contre Edoardo Bianchini, directeur de LineeFuture. Bianchini avait été poursuivi en juillet 2014 par Luca Fontana, président de la Sale omnisports ‘Legno Rosso’ de Pistoia, suite à un article qui parlait d’un mandat d’arrêt possible contre lui. Un arrêt qui n’avait jamais eu lieu. Le juge a décidé que la nouvelle avait été correctement rapportée.

« À Pistoia, nous avons un gros problème : nous ne nous sentons pas protégés comme il le faudrait – a commenté Edoardo Bianchini à Ossigeno –. Les juges devraient mieux défendre l’article 21 de la Constitution qui impose la liberté de la presse. Au lieu de cela souvent certains juges se mettent du côté de ceux qui se considèrent comme offensés, sans procéder à des enquêtes préliminaires nécessaires. Ils accusent sans lire attentivement les documents ».

DL DB COT

Leggi in Italiano

Read in English

Licenza Creative Commons I contenuti di questo sito, tranne ove espressamente indicato, sono distribuiti con Licenza Creative Commons Attribuzione 3.0

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

CHIUDI
CLOSE