O2 en français

Mafia. Ragusa. Flagrantes menaces de mort contre journaliste Paolo Borrometi

« Tu vas mourir. Pas même Dieu pourra te sauver ». Voilà les mots du patron Venerando Lauretta sur Facebook. Le journaliste avait dénoncé le patron et son fils

De nouvelles menaces de mort ont été adressées publiquement au journaliste Paolo Borrometi sur Facebook. Il s’agit du jeune sicilien de 32 ans qui vit protégé par la police depuis 2014. Cette fois, les menaces étaient signées par Venerando Lauretta, le patron qui se trouve en prison suite à des accusations pour association mafieuse. Lauretta aurait réagi à la décision du journaliste de dénoncer son fils et lui pour menaces et pour injures.

« Quelle est ma faute cette fois ? – se demande le journaliste – Peut-être celle d’avoir dénoncé, parmi les autres, Lauretta et son fils Riccardo pour menaces et injures. Selon Lauretta, je n’aurais pas du dénoncer son fils ? Bien sûr son fils peut me menacer et moi non je ne peux pas le dénoncer. Le fils de Lauretta m’a menacé à la suite de certains articles qui parlaient des activités illégales dans le marché de Vittoria (Ragusa) dans lesquelles la famille Lauretta serait impliquée. Donc pour Lauretta – continue Borrometi – ‘eux’ peuvent tranquillement menacer de mort quiconque et nous, les journalistes, nous ne pouvons pas signaler les affaires louches. Pourtant, ceux qui croient dans la justice, doivent dénoncer en sachant qu’ils seront protégés par la police. Exactement, comme – j’en suis certain – la police va me protéger cette fois aussi. Je suis fatigué, nous devons unir nos forces contre ces êtres. Il faut toujours dénoncer et soutenir les journalistes courageux ».

Lauretta a écrit des paroles atroces sur Facebook. « Je vais t’arracher les yeux. J’ai pris ma décision, même si on m’arrête, il y aura toujours quelqu’un qui viendra te chercher. Tu mourras. Maintenant, vas-y, vas me dénoncer, je veux me faire arrêter, je veux payer pour ce crime. Ce sont des paroles d’homme. Quoi qu’il en soit, je viendrai te chercher, même si tu ne vaux même pas l’argent du billet. Je serai derrière ta porte. Je rigole et je pense au jour où tu seras entre mes mains, je t’arracherai les yeux. Même Dieu ne pourra te sauver. Ton cœur sera mis dans la casserole, et après je vais le manger ». Voilà certaines des phrases écrites par le patron.

Paolo Borrometi vit sous escorte policière depuis 2014, on lui a attribué la protection après une grave agression qui lui a causé des dommages permanents à l’épaule et d’un incendie criminel devant la porte de sa maison, à la fin d’une série d’attaques intimidantes. Au cours des dernières semaines, on a demandé de renforcer sa protection.

Borrometi est correspondant de l’agence de presse italienne Agi et directeur du journal en ligne LaSpia.it. Récemment, le journaliste a reçu d’autres menaces. En ordre chronologique, les derniers actes d’intimidation sont les menaces sur Facebook du mafieux Giombattista Ventura et l’appel menaçant de la fille du patron de la ‘Ndrangheta Michele Brandimarte.

DB COT

Leggi in Italiano

Read in English

Licenza Creative Commons I contenuti di questo sito, tranne ove espressamente indicato, sono distribuiti con Licenza Creative Commons Attribuzione 3.0

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *