O2 en français

Vatileaks 2. Le Vatican enquête sur les journalistes Nuzzi et Fittipaldi

Le chef d’accusation est celui d’avoir divulgué des informations et des documents confidentiels. Le syndicat des journalistes et le parlementaire Michele Anzaldi (Pd) prennent leurs défenses

« Diffuser des nouvelles et des documents confidentiels utiles à la communauté est l’un des devoirs du bon journaliste », a déclaré l’Association de la presse romaine (le syndicat des journalistes du Latium, NDLR). Voilà le commentaire sur la décision des autorités du Vatican qui ont décidé d’examiner les journalistes Emiliano Fittipaldi et Gianluigi Nuzzi, auteurs de livres-enquêtes sur le Vatican. Le chef d’accusation est celui d’avoir diffusé des documents confidentiels. Il s’agit d’un délit prévu par la loi numéro IX de l’État de la Cité du Vatican, du 13 juillet, 2013 (article 116 c.p.).

Fittipaldi a commenté : «Je suis un journaliste, quand un journaliste connaît une nouvelle information importante et vérifiée, il ne peut pas ne pas la publier ». L’Association de la presse romaine et le parlementaire Michele Anzaldi (Pd) ont pris la défense des deux journalistes.

DB COT

Leggi in Italiano

Read in English

Licenza Creative Commons I contenuti di questo sito, tranne ove espressamente indicato, sono distribuiti con Licenza Creative Commons Attribuzione 3.0

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *