O2 en français

La « loupe » d’Ossigeno pour voir la censure cachée

Il existe deux genres de censure. Il existe une censure de genre classique, c’est-à-dire celle des dictatures. Il existe aussi une censure plus moderne. Elle appartient au système démocrate et elle est pratiquée à travers des menaces, des intimidations, des représailles, des abus de la loi et des procédures punitives. Il s’agit d’une censure invisible, dont on ne s’aperçoit pas à travers la lecture des journaux. Mais si l’on prend une loupe, celle qu’Ossigeno per l’Informazione a créée pour dévoiler la censure, on verra des centaines, des milliers d’épisodes concernant cette subtile censure. C’est le message qu’Alberto Spampinato et Pietro Cecioni d’Ossigeno per l’Informazione ont fait passer lors de la conférence internationale à l’Université Complutense de Madrid au sujet : « Italie et Espagne. Liberté et censure. Un grand silence ». La loupe qu’Ossigeno a développée valorise le journalisme d’enquête, a expliqué M. Spampinato. Il s’agit d’une méthode scientifique qu’Ossigeno a appelée « Détecteur d’une censure subtile ». En Italie, cette méthode a permis de dévoiler et de publier les noms de 3158 journalistes et blogueurs menacés pendant les dix dernières années. De plus, cette méthode a dévoilé que dans les années 2014-2015, plus de dix mille journalistes et blogueurs ont été poursuivis pour diffamation suite à des accusations qui étaient sans fondements. Cette méthode peut être appliquée même en Espagne. J’espère qu’on pourra commencer à l’appliquer, a conclu M. Spampinato.

Leer en Español

Read in English

Leggi in Italiano

Licenza Creative Commons I contenuti di questo sito, tranne ove espressamente indicato, sono distribuiti con Licenza Creative Commons Attribuzione 3.0

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

CHIUDI
CLOSE